Un petit tour de fauteuil et puis s’en va,…

L’argus de la presse, opérateur-scanner, février 2001.

Une semaine après mon arrivée dans une équipe chargée de scanner les coupures de presse, je me suis fait licencier sous le motif d’une “inadaptation à mon nouveau poste de travail”. Même si je ne rejette pas cette qualification, il faut néanmoins préciser qu’une semaine après mon arrivée dans la boîte, j’ai participé à une grève (grève spontanée de l’ensemble du personnel pour protester contre les pressions morales subies par une collègue). Le lendemain, j’étais convoqué afin que le patron-DRH puisse me notifier mon licenciement, censé prendre effet immédiatement. Je gagnais à cet entretien une semaine de travail supplémentaire (le temps de dire au revoir et d’assister à la préparation d’une vague de licenciements dans mon service) en spécifiant que je ne pouvais être licencié puisque je n’avais encore signé aucun contrat de travail …

La courte durée de ma carrière au sein de cette entreprise ne m’a permis de réaliser que cet unique panorama photographique de mon poste de travail.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités